Politique 2007

La politique vus de nous citoyen
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 François Bayrou veut être "le président du peuple"

Aller en bas 
AuteurMessage
velpo
Admin
avatar

Nombre de messages : 310
Age : 26
Localisation : Mulhouse
Date d'inscription : 27/02/2007

MessageSujet: François Bayrou veut être "le président du peuple"   Sam 24 Mar 2007, 14:57

François Bayrou veut être "le président du peuple"


[[/url] Hier soir en meeting au Zénith de Paris, François Bayrou a fustigé l'UMP et le PS, "ces deux partis au pouvoir depuis 25 ans".
Bouchon/Le Figaro


« IL N'EST de président que président du peuple ». Hier, pour son grand meeting parisien au Zénith, François Bayrou s'est constamment démarqué de Nicolas Sarkozy, dont il a dénoncé « le mépris », comme de Ségolène Royal. « Entre le candidat de l'UMP et la candidate du PS, entre celui qui voudrait que la France soit l'Amérique et celle qui voudrait qu'elle soit la Scandinavie, il est temps de montrer que la France veut être la France, que la République veut être la République », a-t-il déclaré, devant plus de 10 000 supporteurs, dont beaucoup n'avaient pas trouvé place dans la salle du parc de la Villette.

Entouré de jeunes sur la tribune, le candidat centriste a rendu coup pour coup à ses adversaires, en réservant un sort particulier au président de l'UMP, dont le nom a été plusieurs fois sifflé par l'assistance. « J'ai bien entendu Nicolas Sarkozy se moquer du tracteur qui a été, en effet, à mon corps défendant, une part si importante de ma jeunesse », a dit François Bayrou, qui a repris, jeune homme, la ferme familiale après le décès accidentel de son père.

« Je vais lui faire une confidence : c'est plus formateur (...) de savoir ce que c'est que marner, de savoir comme il est difficile d'assumer les fins de mois, de savoir comme on peut parfois être découragé, et même c'est plus formateur de rencontrer en sortant de chez soi autre chose que les milliardaires du CAC 40 et les vedettes du show-biz », a-t-il contre-attaqué avec vigueur.

À l'inverse, le nom de Jacques Chirac a été applaudi. « J'ai de l'admiration pour Jacques Chirac, le Chirac de la guerre en Irak, parce qu'il a su dire non. Mais je n'ai pas aimé le Chirac de 2002 parce qu'il n'a pas su dire oui », a lancé François Bayrou, qui reconnaît s'inspirer de la campagne victorieuse de 1995. Alors que Royal et Sarkozy ont multiplié à son encontre « les attaques en vrille, en piqué, de toute nature, généralement d'une grande élégance et d'un grand raffinement », le candidat centriste a musclé son discours dans cette phase nouvelle de la campagne où les sondages sont moins bons pour lui.

« Un pays endolori »

Il a développé son combat contre « les deux partis qui exercent le monopole du pouvoir depuis vingt-cinq ans ». « La France a besoin que ces deux partis, on les sorte du pouvoir, du confort du pouvoir ou du confort de l'opposition »a-t-il dit. « Le peuple français est un peuple lassé et il n'y a pas loin d'un peuple lassé à un peuple en colère », a-t-il lancé, en prônant la « révolution pacifique ». Car François Bayrou se sent capable de réveiller « un pays endolori et anesthésié » pour qu'il devienne « un peuple debout ».

Répondant aux attaques sur son incapacité à réunir une majorité d'union nationale en cas de victoire, Bayrou a affirmé que « la seule majorité, c'est la majorité centrale, celle qui permet de faire travailler ensemble les reconstructeurs de gauche, les reconstructeurs de droite et les reconstructeurs du centre ». À l'inverse, il a fustigé « l'alliance de Sarkozy avec Villiers, qui irait jusqu'à embaucher Le Pen » et celle de Royal, « avec Marie-George Buffet et Laguiller, jusqu'à Besancenot ».

Campant dans sa posture de « président du peuple », il a affirmé vouloir « que les Français aient la certitude et la garantie que le pouvoir n'est pas en haut, qu'il est avec eux ». « Je veux qu'ils sachent que leur président sait ce que c'est que de vivre avec 640 euros par mois : c'est la retraite de ma mère », a-t-il dit. À sa mère Emma, à son épouse Élisabeth, dans les Pyrénées, à ses enfants dont certains étaient dans la salle, il a fait un serment : «Si je suis élu président de la république, je ne changerai pas. Je serai le même, je serai président avec ce bagage de tendresse, d'amitié, de paternité, de culture de mon pays.» Avant de conclure, ému, «vive la France, et vive la vie !»

Le candidat centriste, qui ne veut plus du costume de « troisième homme », a multiplié les clins d'oeil aux électeurs de gauche, aux enseignants, à Nicolas Hulot et aux écologistes. Avec l'espoir d'affronter Nicolas Sarkozy en finale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://politique2007.superforum.fr
 
François Bayrou veut être "le président du peuple"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le nouveau livre de François Bayrou
» Discours de François Bayrou
» Shadow cabinet de François Bayrou
» Les messages email de François Bayrou
» Le choix de François Bayrou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Politique 2007 :: Politiques en france :: Faits divers-
Sauter vers: